Comment ça pèse, lâchetés, mensonges - plombs dans les lèvres. Comment ça piétine, rythmes de production, concurrence pragmatique - plaies sur les jambes. Comment ça troue, souvenirs hurlés de l'enfance, douleurs à gros calibre - coupures dans le souffle. Comment ça scie, l'injustice ordinaire, la cruauté à vue de nez, la violence en libre échange - éclats de lames dans les os. Mais debout on s'attend. Debout on se rejoint. On ne se laisse pas marcher sur nos butées. On avance à angle vif. On n'a pas le temps de tourner sans rebond, d'attendre dans la file des nausées. J'ai toujours ta main quand le chemin est impalpable. Et ta voix contre les murs. Comment ça rehausse le jour, inspire l'amour, détoure le large, ton regard comme un baiser, ton courage comme une couleur chaude, ton silence comme un poème en brail sur les surfaces insignifiantes. Ne me cherche pas derrière toi. Va tout droit parce que j'arrive. Ça nous suffira pour nous retrouver.