Il y a du tiède à l'oeuvre dans les discours. Des flux avec peu de force, trop de pression extérieure. Des fragilités mal agitées. Ca manque de fièvre pétillante, de bouillons de rébellion. L'eau chaude veut frayer entre les effrois, solidaire des espoirs qui luttent. Contre ce qui angoisse. Contre ce qui crispe. Contre ce qui isole. On ne va pas s'engourdir dans un bain d'eaux usées. On ne va pas s'affaiblir dans une marée d'eaux troubles. On ne va pas chanter les refrains qui nous aliènent. On a encore du fluide de forces qui se libèrent. On va composer des ritournelles de résistance. On sait la danser, l'espérance. En brasses-papillon. Pour nager avec des bouffées d'air. On a assez d'humour pour rire plus loin qu'on nous cache la vue. Allez, venez, la bande, on va faire des bonds de colère et de joie dans les flaques d'eau froide que déverse la peur dans nos rues.