Elle tient sa tasse de café comme un lambeau de la nuit. Elle serre les dents sur le vide. Il y a comme un grognement au bord de ses paupières. Et son regard se perd, strié de barreaux d'ombre. Son corps en cage avec ce qu'elle n'apprivoise pas encore. Indomptable douleur. Le fouet de la volonté ne l'atteint pas. La lanière fait seulement claquer dans ses veines un écho de son coeur épuisé