Le désir, c'est aussi ce que tu travailles en toi ; cette matière altérable, transformable, dont tu ne perds rien tant que tu y plonges.